Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 10:42

 

     

 

Que de dégâts il nous faut déplorer !

 

Je veux parler des dégâts causés par la direction du Bnai Brith France à l’occasion du dernier Salon du Livre qui s’est tenu dans les salons de la mairie du  16ème arrondissement de Paris.

Comme les années précédentes, étaient invités à participer à ce salon, des gens qui se battent contre l’islamisation de la France.

Parmi eux, se trouvent les gens de Riposte Laïque et d’autres, comme Monsieur Louis Chagnon.

Je connais et apprécie toutes ces personnes pour la clairvoyance de leurs idées et le juste combat qu’elles mènent. Jamais nous n’avons pu les surprendre énoncer des idées racistes.

Le monde a un problème avec l’Islam, ils tentent de nous prévenir des catastrophes auxquelles l’inaction de nos responsables nationaux nous mènent.

 

Pour accepter le dictat  de personnes qui effectuent le travail inverse de celui effectué par Louis Chagnon et Riposte Laïque. Des personnes telles que Abel Mestre, Journaliste au Monde ou encore  Alexis Corbière, lieutenant de Mélenchon.

La Direction du Bnai Brith a annulé l’invitation qui avait été adressée à Christine Tassin, Pierre Cassen de Riposte Laïque et de Louis Chagnon, professeur d’histoire et écrivain de talent.

Voila déjà une énorme bévue.

Mais le travail effectué pour essayer de justifier ces exclusions est pire.

Je vais faire un copié collé des explications données par cette direction du Bnai Brith.

Dans une lettre adressée à Abel Mestre du Monde, le Président du Bnai Brith déclare :

 

« Je rappelle que ce salon est d’abord réservé aux auteurs juifs ou pour le moins aux auteurs qui traitent de sujets qui concernent les juifs, ce qui n’est pas le cas pour ces deux auteurs »

 

  Il y a dans cette explication tout le racisme que l’on pouvait craindre.

 

Il suffisait de dire Je rappelle que ce salon est d’abord réservé  aux auteurs que nous estimons pouvoir présenter des livres présentant un intérêt pour nos adhérents.

 

Voila un très beau gâchis. Il ne fallait pas céder aux injonctions de gauchistes travaillant à la perte de nos valeurs de  Liberté de Fraternité et de Laïcité.

 

J’ai rédigé ce texte pour montrer que des juifs se lèvent lorsque des injustices sont commises. 

 

  Pour complèter je vous invite a lire un article relevé sur Riposte Laïque considéré comme faisant partie de l'extrème droite par Abel Mestre et les suiveurs idiots que sont ceux qui ont exclus ces gens du salon du livre du Bnai Brit;

  http://ripostelaique.com/veto-onu-verts-ps-les-nouveaux-porteurs-de-valises-des-islamistes.html

 

Veto Onu : Verts-PS, les nouveaux porteurs de valises des islamistes

Les différents tripatouillages du couple politique Aubry-Duflot n’ont pas pour seuls dommages collatéraux l’élimination de plusieurs députés juifs au profit de fanatiques supporters d’ Ahmadinejad et de ses plus dociles instruments (Hamas-Hezbollah) : à savoir la dame Duflot soi-même et trois autres EELV, appartenant comme elle à la tendance pro-islam politique de l’écologie politique.
Certains trouveront que je caricature ou que je simplifie ce que disent et pensent ces messieurs et dames, en taxant ainsi EELV.
Si certains doutent, sincèrement, de la justesse de cette caractérisation, qu’ils aillent sur le site Oumma.com. Ils pourront se faire une idée, par eux même, en écoutant le délire et les grossiers mensonges de cet élu régional «écologiste», également conseiller rapproché de madame « nous çafon tai moyens de fous faire fôter ».
Un des aspects les plus graves de cette cuisine malodorante porte sur la revendication « démocratique » dont EELV se fait la roquette quassam. Je veux parler de la suppression du droit de veto pour les membres fondateurs des Nations-Unies.
L’abrogation du droit de veto est présentée par les amis -«écolos» et «socialistes» – du Hamas-Hezbollah, par les porteurs de valises d’Ennahda et des Frères musulmans, comme un pas en avant dans la voie de l’égalité entre tous les États et, par conséquent, comme un moyen pour que règne, au sein des Nations-Unies, plus de justice et de démocratie.
L’assemblée générale des Nations-Unies est arithmétiquement dominée par une majorité automatique vertébrée par l’organisation de la conférence des États islamiques (OCI). Le droit de veto apporte un correctif, il est un contrepoids à la majorité automatique œuvrant pour généraliser la dictature de la charia. Il est un contrepoids en faveur des membres fondateurs et des principes démocratiques dont ils sont les porteurs organiques.
Une des premières décisions de ladite conférence des États islamiques, -avant même de chercher à planifier la destruction d’Israël-, ce sera de mener l’action, pour s’assurer l’orthodoxie et le monolithisme de l’islam.
En effet, l’OCI dénoncera -comme étant des hérétiques, interdits de se dire musulmans, interdits de continuer d’appeler mosquées leurs lieux de culte- les millions de musulmans Hamadites du nord de l’Inde.
Résultats : assassinats d’individus et pogromes succéderont aux assassinats et aux pogromes dirigés contre ces musulmans indiens préconisant l’abandon du djihad et de la guerre dite « sainte ».
Le Nigeria de 2011 continue de subir lui aussi les terribles effets meurtriers du djihad, auquel les Hamadites demandaient que l’islam renonce définitivement.
Avec le djihad, le Nigéria subit les horreurs quotidienne de la guerre « sainte », une guerre s’aggravant mois après mois, sans possibilité d’y mettre fin autrement que par l’éradication militaire et totale des sectes guerrières nées dans le nord du pays.
Ces sectes veulent mettre en œuvre le principe intangible vertébrant l’idéologie mahométane, destiné à réaliser l’hégémonie de la charia et la soumission des non-mahométans. C’est ce principe que défendent, au péril de leur vie, des millions de musulmans indiens qualifiés d’hérétiques par l’OCI
Pendant un demi-siècle (1955-2004), le Sud Soudan connaîtra les effets du dogme dont les Hammadides préconisent, depuis un siècle et demi, le total et définitif abandon, un principe justifiant tout : le vol, le pillage, le viol, l’esclavage, le meurtre, si les victimes sont des incroyants ou de mauvais « croyants ».
Pour revenir au Soudan, il paiera de sa chair le lourd prix du djihad, avec quatre millions des siens massacrés au cours de ces cinquante années de guerre sainte, et sept autres millions de soudanais chrétiens et animistes chassés de leurs villages, entassés depuis des décennies sous des tentes de fortune.
La conférence des États islamiques décrétera la guerre à Israël, dans le même mouvement ou elle déclarait la guerre à ceux des musulmans, ces musulmans indiens, qui voulaient vivre pacifiquement avec leurs voisins incroyants ou fidèles d’autres religions.
Depuis ces dernières années, la conférence des États islamiques a affuté son angle d’attaque.
Désormais, le monde entier est devenu pour elle l’arène de son fanatisme sans limite et sans fin. Cet angle d’attaque, c’est l’utilisation des Nations-Unies, pour imposer à tous les pays membres de l’ONU, qu’ils prohibent « le droit de blasphème ».
Aux yeux de la conférence des États islamiques, aucun gouvernement ne devrait plus tolérer l’athéisme public et la réfutation des religions.
Aux yeux de ceux que l’écologie politique, et ses comparses ou complices au sein du PS -proposant la fin du droit de veto- aucune autorité, politique, universitaire, scolaire, ne devrait plus jamais laisser qui que ce soit examiner les fondements et les arguments des croyances, l’islam surtout.
En prétextant la revendication de l’égalité des pays membres, -égalité présentée comme étant entravée par le droit de veto des pays fondateurs des Nations-Unies, madame « on troufera pien les moyens de fous faire fôter pourre nous » et toute la clique des compagnons de route en France- stipendiés et/ou naïfs- du Hamas-Hezbollah et de leur maître la contre-révolution khomeyniste- il s’agit de donner le pouvoir absolu, avec la gouvernance mondialisée onusienne, aux fanatiques qui président la conférence des États islamiques. La plate-forme PS-EELV, ce n’est pas l’égalité des nations pour étendre et renforcer la liberté de conscience. Avec la plate-forme PS-EELV, c’est « l’égalité » instruments de soumission généralisée.
La France ne serait plus grand-chose. Mais il n’y aurait pas que la France, et ce qu’il reste de sa république, qui ne seraient plus grand-chose. La vie quotidienne ne serait plus grand-chose.
Nulle part la liberté de conscience, nulle part la liberté de parole, nulle part la liberté de croire ou de ne pas croire, nulle part la liberté de croire comme on l’entend, nulle part la liberté d’observer ou de ne pas observer les rituels et les dogmes au quotidien. Partout, la liberté politique aura disparue, pour des générations. C’est cela l’essence de l’accord PS-EELV : ouvrir toute grandes les porte de la cité aux destructeurs de la liberté de conscience et d’expression de cette liberté. Un cheval de Troyes, on appelle ça.
Déjà, la chasse à la liberté de conscience a commencé, en France même.
Une maman d’origine algérienne me décrivait son quotidien : on est venu chez elle, plusieurs fois, pour lui faire des reproches : «Tu es musulmane, et tu ne fais pas le ramadan ? Tes enfants mangent du porc ! (…) j’ai du interdire à mes enfants de manger du porc à la cantine de l’école, parce qu’ils subissaient des représailles. On mange du porc à la maison, mais on doit se cacher. On regarde ce qu’il y a dans nos caddies. J’ai été obligée d’interdire à mes enfants de manger le porc à l’école, parce qu’ils n’ont pas à subir les conséquences des choix de leurs parents. A l’école ils ont été boycottés».
Cette autre femme, juive celle-ci, me rapportait ces propos d’un voisin, un voisin avec lequel, dans le passé, il n’y avait pas de problème. Il nous a dit, y a pas longtemps : «vous viendrez vous prosterner devant nous. Vous serez forcés de devenir musulmans. C’est comme ça, vous serez obligés».
Ces quelques phrases, recueillies ici et là, sont deux témoignages, parmi beaucoup d’autres, de ces premiers petits ruisseaux du djihad au quotidien. Ils montrent, ce que des irresponsables ou des fanatiques agissant masqués veulent camoufler ou nier,à savoir : ce qu’est l’enjeu réel -de la fin ou pas- du droit de veto des pays fondateurs des Nations-Unies.

Soit la préservation des principes démocratiques constitutifs, soit leur engloutissement corps et biens, avec le déferlement des violences destinées à imposer à chacun, coûte que coûte, le diktat idéologique du 7ème siècle arabe. Tel est le contenu de la question : Au conseil de sécurité des Nations-Unies, veto or not veto ?
Alain Rubin

Partager cet article

Repost 0
Published by B.A
commenter cet article

commentaires

borgel shirley 03/12/2011 19:03

j'ai beaucoup aimé votre texte d'autant que je travaille beaucoup sur le manque d'expression claire de beaucoup de juifs et surtout de nos dirigeants , meme dans la politique Israélienne,et
justement j'essaye dès que je peux de corriger des expressions qui ne sont pour moi que des auto suicides de certaines paroles juives provoquées par 2000 ans d'insinuations antijuives qui sont
encore en cours.

comme dirait I.Feldman les juifs sont encore malades de 2000ans de VICTIMISATION? NOUS SOMMES EN TRAIN D EN SORTIR?il faut tout faire pour.

S.B