Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 00:26

Nous savons tous que l’euro est moribond. La question n’est plus va-t-il mourir, mais plutôt quand. Cet euro est responsable de beaucoup de misère, mais il est avant tout le fruit de ceux qui se partagent le pouvoir en France (dois-je écrire encore en France ?) depuis plusieurs décennies.

 Il n’est pas sûr que ce ne soit pas les eurocrates qui décident. Souvenons nous qu’en Grèce et en Italie les responsables ont été débarqués.  

Bref ! A quoi servent donc nos élections ? Oui ceux qui se partagent le pouvoir font comme si il y avait une solution. 

Ils disent, sans le penser, qu’un traitement de cheval soignera le malade.

Il est à remarquer que l’ensemble de nos médias, complices de cette clique, évite de trop traiter de ces sujets.

Nicolas Sarkozy devrait lundi rencontrer Angéla Merckel. Ils risquent de prendre des décisions  qui seront loin d’emporter l’adhésion  populaire. Mais ce n’est pas grave. Nicolas Sarkozy n’a-t-il pas contré le refus du peuple de France sur l’adoption d’une constitution en faisant voter par un parlement servile une loi contrant la volonté populaire ?

Il faut bien que nous commencions a comprendre comment ce que nous pensons être une démocratie ne l’est plus.

La très grande partie de nos élus à l’assemblée Nationale fait partie d’un parti. Ils appliquent la discipline parlementaire. Ce que pensent les électeurs n’a pas grande importance.

Ce qui importe, c’est d’être en bonne place sur la liste électorale que présentera le parti.

Mais nous devons dire que cela suffit. Nous ne voulons surtout pas que ceux qui nous ont mis dans cette situation catastrophique, se chargent de nous en sortir.

Il faut savoir que ceux qui nous ont mis dans cette situation  sont les gens de l’UMP, du PS, du Modem, du Nouveau Centre, des Verts.  Bref de l’ensemble des partis qui veulent conserver les mandats qui leur permettent de vivre grassement sur les impôts payés par ceux qui travaillent. Souvenez vous du renoncement des Verts concernant le nucléaire en échange de quelques circonscriptions.  

Savez vous comment sont élus les Sénateurs ? Ils sont élus par d’autres élus. Si vous ne faites pas partie d’un parti bien établi, vous n’avez aucune chance. Ils se gardent les bonnes places.

Mais ce que nous ne voulons vraiment pas, c’est que ce soit ceux qui nous ont mis dans cette situation qui se chargent de nous en sortir.

C’est pourquoi le PARTI DES LIBERTES va exiger un référendum sur toute modification des traités européens. Il faut absolument que nous obtenions ce référendum et que surtout nous n’acceptions pas que le résultat de ce référendum nous soit encore une fois volé !

 

Mais lisez ce qu'écrit Guy Millière au sujet de cette Union Européenne

 

  
Sent: Friday, December 02, 2011 9:31 PM
décembre 1st, 2011 Guy Millière
0075597978216_1_75

L’Union Européenne est une structure au sein de laquelle on sait discerner les priorités.

Dans les années où j’y travaillais très occasionnellement, on y discutait de la définition de la banane et du concombre européens, question cruciale s’il en est. Aujourd’hui que la construction enclenchée voici six décennies est en train de s’effondrer, on n’en continue pas moins d’y défendre de nobles causes.

L’une de celles-ci est la construction d’un pays imaginaire appelé la « Palestine ». Et c’est un aspect qu’on oublie souvent de rappeler dans les journaux des pays d’Europe : sans argent européen, il n’y aurait pas autant d’immeubles neufs et rutilants à Ramallah. Il n’y aurait même pas d’immeubles du tout car il n’y a pas de production de quoi que ce soit qui s’exporte, sinon le terrorisme, produit que peu de pays souhaitent accueillir sur leur sol. Sans argent européen, les cadres « palestiniens » ne pourraient pas rouler dans des voitures de grosse cylindrée neuves que le contribuable européen moyen n’aurait pas les moyens de s’offrir, mais qu’il est sans aucun doute heureux de voir donner à des gens qui n’ont pas même besoin de travailler pour en disposer. Sans argent européen, il n’y aurait pas non plus de télévision palestinienne aux beaux programmes antisémites, pas de manuels scolaires incitant à l’assassinat des Juifs. Ce serait d’une tristesse effroyable, non ?

Alors que les restrictions budgétaires sont partout à l’ordre du jour et que le mot « rigueur » est sur toutes les lèvres, l’Union Européenne vient d’allouer cent millions d’euros supplémentaires à l’Autorité Palestinienne, ce qui représentera une augmentation de trente pour cent des subventions accordées à cette dernière. Sans doute est-ce un cadeau offert à Mahmoud Abbas et aux dirigeants du Hamas aux fins de sceller leur rapprochement, et de s’assurer qu’ils vivront heureux et feront beaucoup de bombes assassines. En apprenant ce genre de nouvelle, on se sent vraiment fier d’être européen.

Un continent où les traditions ne se perdent pas malgré le temps qui passe, est un continent noble : en 1945, on exterminait à Auschwitz, maintenant, on finance le discours exterminationniste tenu au nom de la « Palestine ». On accorde des budgets mirifiques à des « Palestiniens » professionnels pour qu’ils fassent le travail de meurtre, et pour qu’ils créent un abcès de fixation délétère au cœur de l’Etat juif. Et, pour faire bonne mesure, on sort son carnet de chèque pour endoctriner les futurs auteurs d’attentats suicide, tout en contribuant à falsifier l’histoire du Proche-Orient sur le continent européen lui-même. Du beau travail.

Une autre des nobles causes soutenues par l’Union Européenne est la lutte contre le « réchauffement climatique ».

Pour la deuxième fois en deux ans, des chercheurs se sont fait prendre la main dans le sac de la falsification de données, et s’avèrent avoir caressé des courbes dans le sens de la montée alors que, sans cela, elles auraient révélé qu’il n’y a pas de réchauffement, moins encore de réchauffement dû aux activités humaines, et que, dès lors, le GIEC n’est qu’une imposture très coûteuse.

Pour la deuxième fois en deux ans, à Durban cette fois, des climatologues oeuvrant pour le GIEC se réunissent aux fins de « sauver la terre », et on sait déjà que des pays tels que la Chine, l’Inde, le Brésil, le Canada et nombre de pays en voie de développement ne voudront pas voter les textes proposés pour empêcher l’expiration des accords de Kyoto.

Mais on évite aux Européens de se trouver face aux données disponibles ailleurs sur la planète : on leur épargne la douleur d’avoir à poser les yeux sur la falsification mise au jour, ainsi que sur les motifs, tout à fait légitimes, et scientifiquement fondés, de ceux qui ne voteront pas les textes proposés.

Si les Européens connaissaient la vérité et la voyaient s’étaler sur les premières pages des journaux, ce serait sans doute déprimant pour eux, et ils pourraient se demander pourquoi on leur impose tant de contraintes depuis des années au nom de la nécessité de « sauver l’environnement ».



Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

 

Partager cet article

Repost 0
Published by B.A
commenter cet article

commentaires