Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 17:01

Ils ont essayé  de nous faire croire qu’il existe un Peuple Palestinien.

Tout comme nous pouvons êtres sur qu’il n’existe pas plus de peuple Palestinien que de peuple Egyptien. Qu’ils soient du Caire, de El Arish ou de Gaza, ils sont arabes.

J’en veux pour preuve les scènes de liesse observées à Gaza tout comme elles se sont déroulées en Egypte après la victoire de l’équipe de foot  des Pharaons.

Imaginez vous voir un jour des Italiens ou des Espagnols,  se réjouir de la victoire de l’équipe de foot  des tricolores. C’est absolument impensable. Ce sont des peuples et des pays différents

Au contraire de  ces populations musulmanes à qui il a été enseigné la haine du juif. Qu’elles soient en Arabie, en Egypte en Syrie Irak etc.. elles auront toutes reçu cet enseignement de haine. De Gaza, c’est chaque jour que des terroristes fanatisés lancent des roquettes sur le territoire Israélien dans l’espoir de tuer des juifs.

Ce qui est incroyable, c’est que ce sont ces juifs, qui sont obligés de satisfaire leurs besoins en électricité, en carburant en matériel médical et j’en passe.  Faut-il que vous soyez fanatisés pour ne plus disposer de la  moindre parcelle d’intelligence. Qui vous approvisionnera lorsque vous aurez tué votre fournisseur ?

Mais que voulez vous, lorsque la haine est enseignée depuis la plus tendre enfance. Que l’on vous a décrit le juif comme étant une émanation du diable. Vous n’aspirez bien entendu qu’à le détruire.

Non ces populations ont tout en commun, leur haine comme le reste, la langue, la religion, la famille, beaucoup d’habitants de Gaza  ont de la famille en Egypte et vis versa.

Que l’Egypte s’occupe de ses frères. Les sales Juifs ne le veulent plus.

 

Je voudrais que vous regardiez cette grande dame courageuse qu’est Wafa SULTAN

http://switch5.castup.net/frames/20041020_MemriTV_Popup/video_480x360.asp?ai=214&ar=1050wmv&ak=null

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard ATLAN
commenter cet article

commentaires